Les dessous du partenariat entre Tibhar et la FFTT Les dessous du partenariat entre Tibhar et la FFTT [Partie 3/6]

Les dessous du partenariat entre Tibhar et la FFTT [Partie 3/6]

La fédération a présenté et envoyé le cahier des charges de la procédure de consultation à ses partenaires dès le 16 mars 2016. Un peu moins d’un mois plus tard (8 avril 2016), seules deux offres ont été retenues par l’instance fédérale. Tibhar partenaire historique et Butterfly, n°1 mondial. 4 années plus tôt, 4 sociétés avaient postulé pour devenir le futur équipementier des équipes de France de Tennis de Table. 

L’audition de Tibhar et Butterfly

La note de synthèse émise par la fédération informe que les sociétés Tibhar et Butterfly ont remis deux offres au siège fédéral le 8 avril 2016. La première a été auditionnée le 20 avril à Paris quand la seconde 4 jours plus tôt à Brest lors des championnats de France Séniors. Fait étonnant, le règlement dicté par l’instance fédérale imposait des auditions entre le 11 et 16 avril inclus. Nous nous apercevons d’ores et déjà que l’audition de Tibhar a été effectuée hors délai ce qui aurait dû disqualifier le partenaire. Jean René Chevalier, responsable des partenariats à la FFTT nous a confié son sentiment sur ce retard : « Nos partenaires ont beaucoup de travail et il a fallu trouver une date adéquate avec leur calendrier. 4 jours de retard, ce n’est pas important« .

Une étonnante interprétation de la réglementation qui interpelle également par ses propos relâchés. Rappelons également que les partenaires étaient au courant du calendrier depuis le 16 mars 2016. Qu’est-ce que le concurrent en l’occurrence Butterfly aurait pensé d’une telle situation ? Nous avons appelé le directeur de la société, Stéphane MICHEL mais celui-ci n’a pas souhaité répondre à nos questions. Est-ce que l’audition de Tibhar réalisée 4 jours plus tard aurait pu avantager la marque dans les négociations ? Au vu des éléments recueillis, on peut légitimement s’interroger.

Note de synthèse de la fédération

Note de synthèse de la fédération

 

L’offre de Tibhar et Butterfly

Les documents confidentiels dévoilent également le détail des offres de Tibhar et Butterfly. En complément, l’avis de la fédération a été ajouté. Au vu des éléments dévoilés ci-dessous, l’offre de l’équipementier Butterfly semble nettement au dessus de celle de son concurrent Tibhar

Les critères prioritaires et apport financier 

D’un point de vue financier, les deux sociétés ont émis des offres nettement au dessus du palier fixé par la fédération (75 000€ /an+ 20 000€ /an soit 380000 € HT). Tibhar a proposé 100 000€ supplémentaires (480 000€) et Butterfly 125000€/an soit (500 000€ sur 4 années). Comme le rapporte la note de synthèse de la fédération, Butterfly propose une offre supérieure de 20 000€ face à son concurrent. 

Si l’écart de 20 000€ ne parait pas foncièrement différenciant sur 4 années, l’offre globale reste tout de même supérieure de quoi donner l’avantage à Butterfly. Mais la société a également proposé d’autres arguments de valeur.

La société au logo de papillon s’est engagée à reverser 10% des ventes des « produits Equipes de France » réalisées par son réseau de distribution. En complément, elle appliquera une remise de 50% sur le matériel nécessaire au fonctionnement des pôles France et donnera des primes aux résultats en fonction des compétitions.

Du côté de Tibhar, c’est le flou complet avec des propositions hasardeuses. Le fabricant ne se prononce pas sur un montant de rétrocession mais préfère annoncer une discussion et des primes à négocier après signature. Est-ce que Tibhar en s’avançant ainsi savait pertinemment que son offre allait être reçue ? Que veut dire le fabricant en annonçant vouloir en discuter après signature ? En validant la proposition, est-ce que la fédération manque une opportunité de négocier à la hausse et certaine force de négociation ? Tibhar aurait ainsi tout le loisir de négocier à la baisse puisque la marque ne s’est pas prononcée sur un montant ni un pourcentage fixe.

Jean-René Chevalier, responsable des partenariats à la FFTT ne voit pas de problème à la proposition de Tibhar : « Le contrat n’est pas encore signé avec Tibhar. Pour l’instant on est encore entrain de le faire avec eux. Vous verrez fin août son contenu complet. Il sera d’ailleurs public. Renforcé dans son argumentation, il enchérit : « Je ne vois pas pourquoi cela parait étonnant de vouloir discuter après. Je ne peux pas vous en dire plus sur que ce qui a été discuté par la commission d’appel d’offres. Sur ces détails là, je ne suis pas au courant, vous appellerez Mr Pierre Blanchard (Nous n’avons pas eu de réponse à notre demande d’interview à ce jour). Je suis de la commission de partenariat et effectivement je reçois les partenaires mais ensuite il y a la commission d’appel d’offres que préside Pierre BLANCHARD avec plusieurs autres membres qui décident. Ils font ensuite un rapport qui est transmis au comité directeur qui vote sur le choix du partenaire.

Sur les critères prioritaires et apports financiers, Butterfly remporte clairement la mise. Rappelons que selon le barème édité par la FFTT, les critères cités ci-dessus correspondent à 50% de la valorisation globale de la proposition de partenariat.

Critères prioritaires et apport financier

Note de synthèse de la fédération : Critères prioritaires et apport financier

La volonté de travailler au plus près des équipes de la FFTT

Concernant la volonté des sociétés de vouloir travailler au plus près des équipes de la FFTT, la synthèse de l’instance fédérale révèle un choix tourné vers Tibhar. Toutefois, selon le document dévoilé ci-dessous, l’offre de Butterfly s’annonce au minima identique voire meilleure que son concurrent. La marque au papillon propose de meilleurs arguments que ça soit en termes de promotion ou de communication.  Elle insiste également sur sa volonté de vouloir accompagner les nouveaux clubs en dotation de balles.

Toutefois, la note de synthèse révèle un point jugé négatif par la fédération pour Butterfly et notamment son chargé de communication alias Hubert Guériau. En effet, celui-ci est actuellement en procès avec l’instance fédérale. Le dernier PV du comité directeur informe d’ailleurs que le communicant a été débouté par le conseil des prud’hommes le 16 décembre 2015.  Il pourrait être amené à faire appel de la décision prochainement. Est-ce que sa présence au sein de l’organigramme de Butterfly pourrait influencer le choix de la fédération ? Très certainement comme nous le verrons dans la quatrième partie de notre enquête. Cependant, est-ce que l’on doit considérer ce point jugé négatif comme un argument majeur contre Butterfly ? La fédération a en tout cas souhaité privilégier les liens historiques avec son partenaire Tibhar plutôt que la nouveauté avec la marque au papillon. 

Note de synthèse de la fédération

Note de synthèse de la fédération : La volonté de travailler avec la fédération

La réputation de Butterfly concernant la qualité de ses produits n’est plus à faire. La note de synthèse éditée par la fédération va d’ailleurs dans ce sens en privilégiant la marque au papillon plutôt que Tibhar. En plus de l’aspect qualitatif, nous apprenons également que l’instance fédérale favoriserait l’offre de Butterfly grâce à sa valorisation des partenaires institutionnels via une fabrication des polos dans une gamme éco-responsable. En complément, Butterfly apporterait une image plus dynamique par rapport à un style plus vintage que proposerait Tibhar. Un élément d’une importance capitale dans la valorisation de l’image du Tennis de Table en France

Concernant la dotation en équipement, les deux sociétés semblent à égalité avec toutefois un avantage à Butterfly qui céderait une dotation pour l’équipe de France Handisport. La note de synthèse révèle toutefois que la fédération ne montre aucun intérêt à cette proposition préférant rappeler que les deux sociétés fourniraient l’intégralité de la dotation demandée.

Les critères de délais de livraison ne départagent pas les deux sociétés qui ont sensiblement les mêmes conditions. 

Note de synthèse de la fédération : La qualité des produits

Note de synthèse de la fédération : La qualité des produits

Note de synthèse de la fédération - Juridique

Note de synthèse de la fédération – Juridique

Note de synthèse de la fédération - Tableau récapitulatif

Note de synthèse de la fédération – Tableau récapitulatif

La fédération française de Tennis de Table a décidé de poursuivre pour 4 ans (du 1er septembre 2016 au 31 août 2020) sa collaboration avec son partenaire historique Tibhar. Si les arguments avancés dans la note de synthèse révèlent un net avantage pour la marque au papillon, c’est pourtant le fabricant Allemand qui a été choisi. Nous verrons dans la quatrième partie de notre enquête les arguments avancés par l’instance fédérale ainsi que la réponse de Tamasu Butterfly Europa GMBH qui est tout aussi édifiante.

Nous terminerons l’enquête par une analyse plus précise de l’affaire. On se demandait d’ailleurs dans son introduction quels étaient les réels enjeux de la prolongation du partenariat avec Tibhar. Nous verrons qu’ils ne se situent pas forcément là où on l’aurait imaginé. Les documents révèlent un manquement au règlement avec une audition hors délai d’une des sociétés. Ils révèlent également une offre bien supérieure de l’une d’elles. Les prochaines parties de l’enquête seront toutes aussi surprenantes.

Les dessous du partenariat entre Tibhar et la FFTT 


Dans la continuité

Dragan Stamenkovic
Dragan Stamenkovic 3093 posts

Le Ping plus qu'un sport, une passion !

2 personnes participent au débat

Partager mon avis