Olivier MAERO [Double licence] Le cri du coeur d’Olivier MAERO, entraineur du Nice Cavigal TT

[Double licence] Le cri du coeur d’Olivier MAERO, entraineur du Nice Cavigal TT

L’interdiction de la double licence pour la participation au championnat de PROA et PROB a provoqué une onde de choc auprès des clubs et de leurs joueurs. Si pour le moment, aucun des acteurs concernés s’est exprimé publiquement sur la problématique, ce n’est pas le cas de Olivier MAERO, entraîneur du Nice CAVIGAL TT. Il s’est confié dans une vidéo publiée sur son facebook personnel.

Olivier MAERO : « Vous avez tout tué »

Il y exprime toute sa frustration et son mécontentement sur un ton libre et quelque peu acerbe. De l’analyse globale de la situation jusqu’à évoquer le cas de l’équipe fanion du Nice CAVIGAL qu’il coache, il dévoile l’envers du décor et les conséquences que pourraient entraîner l’interdiction de la double licence. On en avait d’ailleurs parlé ce matin. Nous vous proposons de découvrir le cri du coeur de Olivier MAERO en vidéo ci-dessous :

Edit : Visiblement calmé et mais ô combien ironique, il a récidivé en publiant une seconde vidéo. Un ton plus posé, politicien mais tout autant acerbe. Qu’on se le dise, l’interdiction de la double licence n’a pas fini de faire parler et Olivier MAERO ne dira certainement pas le contraire. 


Droit de réponse de la FFTT et de Monsieur Kosiak, Membre du comité directeur

La Fédération Française de Tennis de Table et Monsieur Fabrice Kosiak, membre du Comité Directeur, entendent réagir aux propos injurieux les mettant gravement en cause, publiés notamment sur le site actuping.com, ainsi qu’à la polémique qui s’en est suivie concernant la décision fédérale du 19 février 2016, d’interdire la double licence aux joueurs et joueuses participant au championnat de France par équipes Pro A et Pro B. Fort du constat selon lequel cette pratique n’était autorisée dans aucune autre discipline sportive, les clubs Pro ont souhaité mettre à l’ordre du jour la question de la double licence. La décision d’interdiction a été le fruit d’une longue réflexion, sur plus d’une année, entre :

  • le groupe Elite, représenté par Monsieur Fabrice Kosiak au sein du comité directeur de la FFTT, ayant pour mission « d’être à l’écoute des besoins des meilleurs clubs masculins et féminins afin que le siège fédéral puisse apporter les évolutions nécessaires à la promotion du championnat élite, qu’elles soient sportives, réglementaires, relatives à la communication »,
  • la DTN,
  • le représentant des joueurs
  • et le Comité directeur.

Lors d’une réunion du 7 mars 2015, tous ces intervenant ont longuement débattu de ce sujet et sont convenus de la nécessité de réformer cette règle. Le 23 octobre 2015, une nouvelle réunion entre la FFTT et les représentants des clubs de Pro A messieurs a été organisée. Ces derniers ont expressément demandé de supprimer la double appartenance dans un souci d’équité entre les clubs (soulignant notamment les difficultés engendrées par cette règle au titre des contrats de travail et des salaires déclarés). Un large consensus s’est dégagé pour que la qualification des joueurs dans leur club prenne effet de la première à la dernière journée de championnat de France.

Le 9 janvier 2016, le groupe Elite a présenté ses conclusions débouchant sur l’interdiction de la double licence, proposition validée par le comité directeur du 19 février 2016 et répondant au souhait de la grande majorité des clubs. La décision de mettre fin à la pratique de la double licence a donc été prise, après concertation, pour les raisons suivantes :

  • Il était incohérent que des joueurs puissent évoluer dans deux clubs différents au même moment, ce qui est interdit par toutes les autres disciplines sportives ;
  • De l’avis de nombreux clubs, les joueurs concernés s’intégraient moins à la vie de leur club et ne participaient plus à leur dynamique ;
  • Le manque de disponibilité de ces joueurs nuisait de façon importante à leur préparation des grandes échéances internationales ;
  • du point de vue de la CNACG, les contrats précaires et non conformes à la convention nationale du sport se multipliaient.

L’application de cette réforme a été décidée pour la saison 2017/2018, afin de permettre aux clubs de s’organiser et de gérer au mieux les contrats en cours. La FFTT a donc eu la volonté d’informer les clubs suffisamment en amont afin qu’ils puissent utilement anticiper ce nouveau règlement. Les propos tenus par Monsieur MAERO sont donc non seulement injurieux, mais s’avèrent également inexacts. La critique est toujours acceptable, le débat d’idées également.

En revanche, les injures proférées envers des bénévoles, qui connaissent eux aussi la réalité du terrain, est parfaitement intolérable. Concernant les accusations prononcées, il convient de souligner que :

  • le club d’appartenance de M. Kosiak, responsable du groupe Elite, est évidemment également concerné par cette interdiction,
  • la stigmatisation de M. Kosiak apparait d’autant plus injuste et infondée que la décision n’émane pas de lui seul, mais d’une délibération  collégiale prise après une large consultation des acteurs du tennis de table.

Notre Fédération reste constamment préoccupée par la pérennité des clubs affiliés, petits ou grands, et travaille continuellement en ce sens. Pour preuve, un audit du championnat Pro est actuellement en cours pour recenser les besoins et les attentes de l’ensemble des acteurs du monde pongiste. La Fédération Française de Tennis de Table reste et restera toujours à l’écoute de tous ses clubs, à condition que la discussion reste constructive et se déroule dans le respect de chacun.


Dans la continuité

Dragan Stamenkovic
Dragan Stamenkovic 3093 posts

Le Ping plus qu'un sport, une passion !

Donne ton avis sur cette actualité

Il n'y a pas encore de réaction

Devenez le premier a apporter un avis à cette actualité !

Partager mon avis