Le président de la FFTT recalé au board of Director de l'ITTF Le président de la FFTT recalé au board of Director de l’ITTF

Le président de la FFTT recalé au board of Director de l’ITTF

L’information n’est pas récente puisqu’elle date de l’été 2016 mais elle prend aujourd’hui encore plus de poids à l’heure où le tennis de table français est confronté aux enjeux de demain. Christian PALIERNE, président de la fédération française de tennis de table avait été élu en 2013 par l’ETTU pour siéger pendant 4 ans au board of Director de l’ITTF. 

Le président de la FFTT recalé au bureau directeur de l’ITTF

Comme à chaque fin d’olympiade, l’ETTU organise une élection pour désigner les représentants continentaux qui siégeront au board of Director de l’ITTF. Pour le continent européen dont se charge l’ETTU, 7 élus européens en plus du Président et du Vice Président délégué de l’institution sont élus pour siéger au bureau directeur de l’ITTF. 

Christian PALIERNE | FFTT

Christian PALIERNE | FFTT

Cette élection est capitale pour les fédérations représentées car elle leur permet d’être au coeur du système, de voter pour les textes qui seront appliqués et encore plus important de pouvoir représenter leur nation au plus haut niveau de l’institution internationale. 

Comme le révèle l’ETTU sur son site officiel, le président de la fédération française de Tennis de Table, Christian PALIERNE ne fait plus partie de la liste du board of Director de l’ITTF. Si l’information était toutefois bien planquée et la communication autour de l’annonce absente, nous sommes en mesure de vous apporter le détail de l’élection.

Le France représentée par président Christian PALIERNE a terminé dernier avec égalité de voix avec l’Espagne et la Hongrie. Ils n’ont réussi à obtenir que 20 voix. Une déroute politique à l’image de celle de la Norvège avec 22 voix. Les 7 nations élus sont l’Angleterre (44 voix), l’Allemagne (41 voix), la Suède (40 voix), la Finlande (34 voix), la Slovaquie (33 voix), le Danemark (25 voix) et la Roumanie (25 voix).

Détail des résultats de l’élection :

  1. 44 voix – Sandra DEATON (Angleterre)
  2. 41 voix – Heike ALHERT (Allemagne)
  3. 40 voix – Personn Jorgen  (Suède)
  4. 34 voix – Sonja GREFBERG (Finlande)
  5. 33 voix – Zdenko KRIZ (Slovaquie)
  6. 25 voix – Dorte DARFELT(Danemark)
  7. 25 voix – Cristinel ROMANESCU (Roumanie)

Ancienne liste :

  • Dorte DARFELT (Danemark)
  • Ronald KRAMER (Nederland)
  • Zdenko KRIZ (Slovaquie)
  • Ivo-Goran MUNIVRANA (Croatie)
  • Alexander MURDOCH (Angleterre)
  • Christian PALIERNE (France)
  • Cristinel ROMANESCU (Roumanie)
  • Walter RÖNMARK (Suède)
  • Mr. Francesco SCIANNIMANICO (Italie)

La France absente au board de l’ITTF

Christian PALIERNE | FFTT

Christian PALIERNE | FFTT

Traditionnellement représentée dans les instances internationales, comment la fédération espère-t-elle désormais pouvoir influencer les décisions et s’inviter au coeur des débats ? Si on devait prendre en exemple un cas concret qui concerne tous les pongistes et bénévoles français, les balles plastiques. Comment la fédération espère-t-elle représenter les clubs français et par redondance leur apporter des solutions face aux problématiques d’aujourd’hui. Autre sujet, comment la fédération espère-t-elle pouvoir améliorer la situation de l’arbitrage français sur le plan international ? La liste des interrogations est longue et pourrait être à elle seule résumée dans un article dédié mais ce n’est pas le cas aujourd’hui..

L’élection de l’ETTU pour le board of Director de l’ITTF révèle toutefois un autre point d’une importance capitale. Là où la France devrait faire partie des nations « moteur » du tennis de table Mondial, elle s’en retrouve aujourd’hui écartée et isolée. A 43 jours des élections nationales, l’élection du board of Director de l’ITTF révèle les défaillances de la politique internationale de la fédération française et notamment de son président qui aspire à prolonger son mandat cette fois sur le plan national. En effet, il avait officialisé sa candidature en mai 2016..


Dans la continuité

Dragan Stamenkovic
Dragan Stamenkovic 3093 posts

Le Ping plus qu'un sport, une passion !

3 personnes participent au débat

  1. Mike
    février 10, 16:00 Reply
    "Autre sujet, comment la fédération espère-t-elle pouvoir améliorer la situation de l’arbitrage français sur le plan international ?" C'est à dire ? En 2016 on a eu une arbitre qui a été sélectionnée pour officier aux Jeux Olympiques à Rio ainsi qu'un juge-arbitre et un arbitre qui ont été sélectionnés aux Jeux Paralympiques, lors de l'examen d'arbitre international les 13 candidats français ont été reçus à l'examen. Une française a aussi passé le grade de JAI en 2016.Je ne sais pas ce que l'on peut attendre de plus au niveau de l'arbitrage français à l'international, de nombreux arbitres français sont sélectionnés sur des compétitions internationales, ça démontre bien la reconnaissance et les compétences que nous avons auprès de l'ITTF et de l'ETTU.
    • Dragan Stamenkovic
      février 10, 19:46 Reply
      Vous avez raison sur les éléments mentionnés mais le fait de voir des arbitres officier sur le plan international ne veut pas dire pour autant que tout va bien. La présence dans les équipes de discutions des futurs règlements est importante aussi. La présence est également importante dans les équipes qui forment et supervisent les JAI et surtout les blues badges. Le grade de arbitre international n'a que peu d'interêt et il ne donne plus accès à grand chose... Le Blue Badge donne accès aux Jeux Olympiques et aux phases finale de coupe continentale et mondiale... Il n'y a plus qu'un examinateur Blue Badge en France et un seul arbitre présent à l'ETTU. Au niveau de l'ITTF, c'est encore plus difficile car aucun français n'est représenté. Les conséquences seront visibles le long terme d'ici 10-15 ans..
      • Mike
        février 15, 23:11 Reply
        Effectivement c'est un autre domaine que celui de la formation et de la représentation, connaissant l'arbitre qui est présent à l'ETTU (pour qui il reste à faire ses pratiques Blue Badge si je ne me trompe pas) j'essaierai de lui en parler.Est-ce qu'il y a déjà eu beaucoup plus de formateurs Blue Badge en france ? Pour la présence à l'ITTF c'est dommage que la France ne soit pas représentée mais comme vous dites on verra dans plusieurs années si il y a des modifications des règlementaires. L'arbitrage attire rarement les jeunes licenciés et c'est beaucoup d'investissement pour arriver au très haut niveau (BB et JAN/JAI), je ne connais pas la formule magique pour les attirer.

Partager mon avis